La Le Boom De L'arnaque Au Emprunt

La Le Boom De L'arnaque Au Emprunt

Depuis l'avènement des plateformes de crowdfunding sur le continent, un vicieux modèle d'escroquerie s'est diffusé largement en ligne à travers les réseaux sociaux et dans les boites e-mail : de fausses annonces de crédits en ligne octroyés en un rien de temps, sans apport requis, zéro garanties et par des personnes qui prétendent être des investisseurs en recherche de placements. Nous parlons bien évidemment d'une tentative d'escroquerie, mais l'abondance des annonces sur ces sites donne une idée de l'importance de la situation. Conséquence: beaucoup d'internautes sont tombés dans le piège à cause cette escroquerie.

La logique de l'entonnoir

Faire croire à une promesse de crédit rapide

L'arnaque au crédit ŕ la conso rapide au crédit prend généralement l'aspect d'un script avec plus ou moins de crédibilité. Pour notre escroc, il s'agit d'une phase importante parce qu'il sait que la réussite de sa tromperie est en grande partie conditionnée par la croyance ou non en son histoire. S'il veut attirer la plus grosse quantité de personnes possibles, il fait écrire et publie une annonce sur des sites avec beaucoup de fréquentation tels que les réseaux sociaux ou les forums publics. Certains posts populaires ne modèrent pas assez les sections de commentaires accessibles par tous, ce qui en fait un lieu privilégié des escrocs.

D'abord, l'escroc se présente comme une personne qui dispose d'un magot qu'elle espère faire fructifier en distribuant des crédits avec un taux très faible. Parfois, il prend l'identité d'un retraité qui souhaite se passer de la Banque afin de transmettre l'image d'une personne noble qui aspire à tirer la société vers le haut. Cette stratégie poursuit un objectif précis : jouer sur la détresse financière des personnes fragiles en tentant de leur expliquer qu'un prêt est toujours possible, même sans conditions de ressources. Il prétend pouvoir leur accorder un prêt, même s'ils ont déjà des crédits à rembourser. Une fois le dossier accepté, notre escroc promet un déblocage de l'argent sous72h avec des échéances qui peuvent s'étaler jusqu'à une dizaine d'années.
Bien qu'il puisse paraître clair pour la plupart des individus que des offres de ce genre sont peu probables, il est à noter toutefois que des personnes se trouvant au pied du mur financièrement peuvent se laisser berner à cause de cette illusion de emprunt rapide qui les aveugle.

Faire croire à une démarche sérieuse

Sur internet, tout le monde est capable d'usurper une identité avec un tant soit peu de créativité. C'est ainsi qu'opèrent les escrocs au crédit en créant intégralement un faux profil qui saura coller avec leur histoire. En premier lieu, ils s'efforcent à donner une identité française à leur personnage. Pas d'utilisation donc de noms ou prénoms exotiques qui tendraient à faire fuir certains. Il faut que la victime ait l'impression que l'investisseur habite aux alentours. Dans un script bien orchestré, notre escroc peut se transformer en une personne d'un certain âge ou jeune retraitée. Certains iront jusqu'à demander les bulletins de paie à sa victime, d'autres exigent de répondre à un questionnaire sur sa vie professionnelle. Pour être un un peu plus crédible, l'escroc prendra le soin de concevoir un grand nombre de profils qu'il contrôlera pour mettre en ligne de faux avis dont le but sera de faire l'éloge de l'annonce.

Donner suite à chacune des sollicitations

Lorsque la victime est persuadée du sérieux de la démarche, notre escroc peut enfin passer à l'étape suivante. Il lui confirme alors qu'il valide sa demande de d'emprunt, mais exige le versement de certains frais par mandat avant de boucler le dossier. Ces frais peuvent représenter quelques centaines d'euros et sont demandés pour compenser le temps passé par le prêteur à étudier la demande. Ces frais divers sont, selon-lui, obligatoires pour libérer l'argent. Si la victime accepte, le faux prêteur lui ordonnera ensuite de régler une cotisation obligatoire d'assurance de prêt. Bien sûr, la victime ne recevra pas son crédit et notre escroc récupérera les mandats avant de disparaître de la circulation.


De quelle façon prévenir ces arnaques ?

Tout le monde en France n'est pas accrédité à proposer un prêt et le crédit entre particuliers est une activité sous surveillance. Si une personne ou une société fait la promotion de services financiers par le net, ce site doit impérativement afficher ses mentions légales ainsi que les conditions générales. Pour obtenir le statut de société de prêt, chaque organisme doit posséder un agrément de l'ACPR et d'une immatriculation au registre ORIAS. Chaque site de prêt entre particuliers doit nécessairement être en possession de ces autorisations, dans le cas contraire, il s'agit sans doute d'une escroquerie.

De plus, il faut savoir que les délais pour obtenir un crédit sont assez longs et qu'il faut compter environ quinze jours avant de recevoir les fonds en banque. Même si un individu était en possession d'argent à placer de cette manière, il analyserait sérieusement et profondément tous les dossiers avant de sélectionner les plus solides.
En tout état de cause, un prêteur ne délivrerait pas un quelconque crédit (personnel, renouvelable ou immobilier) à un demandeur fiché à la Banque de France pour impayés.